C … Innovant, Le Cheylard, terre d’innovation …

En parcourant le bulletin municipal de la commune du Cheylard je suis tombé sur un petit article de Dr. Jacques Chabal attribuant au génie de M. Louis Massu avec l’aide du « père Perrier », la construction d’une voiture électrique des années 1953 – 1954.
Je voudrai rendre à mon grand-père Emile Ponce la paternité de la conception et réalisation de la 1ère voiture électrique de M. Massu. Je ne sais pas précisèment en quelle année, mais c’est avant guerre que cette voiture a été construite. Mon grand-père, avant de s’installer garagiste au Cheylard en 1928, travaillait au bureau d’étude de Paris-Rhône à Lyon, constructeur entre autre de matériels électriques pour l’automobile (démarreurs, dynamos, allumeurs etc. …).

Mon grand-père Emile Ponce travaillant sur la voitureProbablement mon père dans la voiture
Les moteurs, batteries et commandes suspension arrière Hélicoïdal Suspension avant et directionvue mécaniques avant Vue mécaniques arrières

 

Il a aussi conçu dans les années 50 des gicleurs de carburateurs, à débit variable pour économiser l’essence sans amoindrir les performances, pilotés électriquement par électro-aimants.

Pour la liberté d’emprunter les chemins publics ! …ème épisode

« Nos chemins ne sont pas à vendre »
Répond au courrier de Jacques Chabal maire du Cheylard et
s’adresse au procureur de la république:

Monsieur le maire du Cheylard, Mesdames et Messieurs du Conseil Municipal…
Lire la suite:

N’hésitez pas à suivre les liens proposés dans le courrier pour revoir les épisodes précédents ou pour des informations complémentaires bien intéressantes.

Elu ou Seigneur, sujets ou citoyens … »Nos chemins ne sont pas à vendre » en exemple.

Que penser de ces élus notables qui ont perdu le sens du respect du citoyen et bien entendu l’idée même de servir la communauté,
ces élus omnipotents qui décident en dépit des choix exprimés par celle-ci et qui vont jusqu’à dénier le droit des citoyens à simplement solliciter leurs élus!
Pour démonstration on ne peut faire mieux que ce courrier de Jacques Chabal maire du Cheylard en réponse à « Nos chemins ne sont pas à vendre » qui nous dit:

« Mairie du Cheylard : 2 mois pour envoyer un courrier,
2 heures pour envoyer la police !

Nous avons reçu le mardi 23 mai un courrier du Maire du Cheylard en réponse à notre courrier de demande d’autorisation pour une journée citoyenne prévue le 29 avril et reçue par la mairie le 22 mars.
Ce courrier est arrivé 3 jours après que nous ayons débroussaillé le chemin le 20 mai entre 9h et 11 h et reçu la visite des forces de l’ordre à 11h30.
Il aura donc fallu 2 mois pour que le maire du Cheylard réponde à notre courrier et 2 heures pour qu’il envoie la police. »

https://assobc.files.wordpress.com/2017/06/nos-chemins-ne-sont-pas-rc3a9ponse-du-maire.pdf

https://assobc.files.wordpress.com/2017/06/nos-chemins-courrier-au-maire-demande-de-travaux-rc3a9ponse-du-maire.pdf

 

Le Cheylard: Aliénation de chemins publics pour intérêts privés?

Nous venons d’apprendre que
Le conseil du Cheylard a voté mardi 27 septembre 2016 la délibération suivante:
qui décide d’engager la procédure pour aliéner 5 chemins ruraux :
le chemin rural de la Gardette au Cheylard, celui de Marcon à la Gardette,
de l’Hoste, de La Blache et le chemin  reliant Malleval à la Gardette.

Pour les situer suivre ce lien.

De nombreuses personnes farouchement opposèes à cette aliénation se sont organisées dans un mouvement collectif pour faire part de leur volonté de protection des biens communs que sont les chemins publics. Voici ci-dessous le courrier du collectif:

Bonjour,
Sur la commune du Cheylard, à la demande d’un investisseur industriel  privé, il est question d’aliéner 5 chemins ruraux, non inscrits au PDIPR, sur une longueur totale de 3810 m et une surface de 11430 m2. Une enquête publique se déroule en ce moment du 14 novembre au 30 novembre. La mobilisation populaire contre ce projet est forte mais s’oppose à une très grande pression de la part de la municipalité qui a déja provoqué 2 réunions supplémentaires de « négociation » sous prétexte que la plupart des chemins sont inaccessibles au public.

Trois de ces cinq chemins sont fréquemment empruntés pour le loisir par les promeneurs, randonneurs, VTTistes, ridders mais également par les riverains à des fins purement utilitaires.

Les associations concernées dans leur ensemble ont tenu une réunion publique vendredi 25 en présence de la presse locale ( Dauphiné Libéré et hebdo de l’ardèche ) ains que de la radio locale Radio des Boutières. Des articles paraîtront dans quelques jours mais l’enquête publique prend fin mercredi 30 novembre.(compte rendu ci-joint)

Nous faisons circuler une pétition (ci-jointe) que nous devons remettre au commissaire enquêteur mercredi 30 novembre, merci de votre mobilisation et de votre aide.

Cordialement.
Pour le Collectif,
En PJ:
– Le plan général de situation
– Compte rendu de l’assemblée constitutive du collectif pour la défense des chemins publics.
– pétition
– visuel

Pour nous citoyens des Boutières, après lecture des arguments exprimés dans le compte-rendu du conseil municipal, sachant que celui de l’inutilisation de ces chemins est tout simplement faux et que de toute manière çà ne justifierait pas de s’en démunir car çà ne préjuge en rien de l’avenir.
Nous avons donc juste ces questions à se poser:
Des chemins publics sont-ils gênants ou au contraire utiles à une activité agricole?
Sont-ils gênants ou au contraire utiles à une activité touristique?
Doit-on sacrifier des intérêts publics à des intérêts privés?
A vous de voir et de signer ou non la pétition qui vous sera présentée ce mercredi sur le marché du Cheylard (et) ou d’encombrer ou non la permanence du commissaire enquêteur mercredi après-midi et bien sur d’aller remplir ou non de vos avis le(s) cahier(s) d’enquête disponible(s) en mairie aux heures d’ouverture.

vue-aerienne-et-cadastre

affiche-chemins_page_001

Chemins inutilisés! voilà donc une photo historique de fantômes.
usagers-chemins

Ce qu’ils en disent:
Une fois de plus, on nous met devant un fait accompli sans solliciter ou prévenir qui que ce soit, ce n’est pas une façon de faire !
Qu’on nous dise réellement si des personnes de la Mairie les ont déjà empruntés ces chemins avant de dire des énormités pareilles !
Certains lycéens du Cheylard les pratiquent tous les jours pour se rendre sur leur lieu d’habitation à Malleval quand d’autres les utilisent encore pour se rendre sur le marché du mercredi !
C’est se moquer du monde ! Et puis ce sont des chemins historiques qui nous ont été transmis par les anciens qui les ont tracés, construits et entretenus ! Il n’est pas question pour Nous que ces chemins soient privatisés au profit d’une personne !