Orange j’enrage: confinement et internet …

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 30/03/2020
Confinés et sans internet, le scandale des citoyens discriminés
« Lorsque vous êtes chez vous, connectez tous vos appareils à
votre box, soit avec des câbles réseau soit via le wi-fi. Cela
inclut les smartphones, gros consommateurs de données. »

Voici une des recommandations diffusées par Orange,
gestionnaire du réseau de téléphonie fixe sur tout le territoire français, pour éviter la saturation du réseau mobile.

Pour nombre d’habitants des territoires ruraux cette recommandation
est une véritable provocation,

eux qui sont parfois privés de téléphone fixe et donc d’internet durant des semaines, des mois et pour certains des années.Nous rappelons qu’Orange a la charge d’un service qui se doit d’être universel et permanent et surtout se doit de respecter les
principes d’égalité, de continuité, d’adaptabilité auquel il est soumis par le code des postes et communications électroniques de l’ARCEP.

Aujourd’hui l’épidémie de coronavirus nous impose le confinement à la maison,
ce qui se traduit
pour les adultes à travailler via le télétravail,
pour les enfants à suivre leurs cours mis en ligne sur internet,
pour les entreprises à poursuivre leur activité en gérant à distance
leurs salariés, leurs fournisseurs et leurs clients.

Mais comment faire quand
la connexion à internet est défectueuse ou inexistante ?

La fracture numérique n’est pas seulement une question de pratiques
et d’usages dont une partie de la population serait dépourvue il
s’agit aussi d’infrastructures (poteaux, câbles, répartiteurs,
boîtiers) détériorées au point de priver des habitants de l’accès au
téléphone et à internet.

Malgré des plaintes déposées par des élus, malgré les mises en
demeure de l’ARCEP, le réseau de téléphonie fixe géré par Orange n’a
cessé de se dégrader, particulièrement dans les zones rurales,
constituant une atteinte grave et discriminatoire à l’égal accès au
service universel.

Aujourd’hui, avec le confinement, nous mesurons à quel point est
vital l’accès au téléphone et à internet pour les familles, pour les
personnes isolées, pour les entreprises.
C’est pourquoi, avant même le confinement, des collectifs d’usagers
se sont constitués exigeant de l’État -actionnaire à 27% de Orange-
et du gestionnaire du réseau, Orange -dont les bénéfices net en 2019
sont de 3 milliards d’euros – la remise en état immédiate du réseau
pour que soit garanti à tous les habitants de ce pays un accès
fiable et permanent au téléphone et à internet.

Orange j’enrage !
Collectif des usagers victimes de pannes internet et téléphone

Orange j’enrage !
Collectif des usagers victimes de pannes internet et téléphone

– Site internet https://orangejenrage.fr/ argumentaire, articles de
presse, émissions radio et télé, témoignages…

– Carte collaborative :

Carte collaborative de l’état des lignes endommagées

– Facebook: Orange j’enrage

– Youtube, émissions de radio, télé et reportages :
https://www.youtube.com/channel/UCrXDFsYT7VcSTjyzDE4hLNQ

– nous contacter : contact@orangejenrage.fr

Pour toutes informations complémentaires :
Alain Baraquie 06 73 47 95 33

Orange j’enrage – Suite

« Orange j’enrage »,
vous propose de venir témoigner
de vos difficultés de connexions téléphoniques et internet
pour exiger collectivement
que le droit de tous,
à avoir accès à des réseaux en état sur tout le territoire français,
comme le prévoit la loi,
soit respecté par Orange

Vous êtes aussi invités à signaler les défauts du réseau dont vous avez connaissance.

Carte collaborative de l’état des lignes endommagées

https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/signalement-lignes-telephonique-endommagees_405546#9/45.0337/5.2020

 

 

Citoyenneté, politique et numérique.

Début décembre, le CLD Valdac organisait une conférence-débat sur ce sujet avec Christian Combier et Guy Pastre de la m@ison de Grigny (http://www.maison-tic.org) Quelque peut confuse car très difficile à structurer, cette discussion a malgré tout permis l’expression d’une réflexion ouverte à la complexité des changements des rapports intellectuels, sociaux, culturels et de pouvoirs qu’apporte cet autre monde qu’est le monde numérique qui à court terme sera bien ouvert à tous.

On peut constater les changements suivants qui sont autant de thèmes de réflexion pour établir de nouveaux rapports dans la gestion de la communauté et la construction de son avenir:

– Rapidité des transformations.
– L’intelligence en matière première.
– Les références territoriales, sociétales, temporelles sont modifiées.
– L’information est ouverte à tous.
– L’expertise se popularise et n’est plus l’apanage d’une « élite ».
– L’exercice pyramidal du pouvoir devient de plus en plus obsolète.
– Les modes de concertations sont bousculés.
– L’exercice de l’esprit critique est renforcé.
– L’expression citoyenne peut s’exercer.
– Une démocratie participative quitte l’utopie pour devenir possible. 

Mais attention:
– A bien différencier démocratie participative et expression citoyenne.
– Un outil permettant librement, à tous, l’exercice d’un esprit critique fait peur aux pouvoirs en place qui auront tendance a vouloir le contrôler.
– Aux affirmations prosélites qui ne sont pas débats d’opinions mais matraquage de conformation des esprits.
– Témoignage n’est pas information il faut la multiplicité + l’analyse + la reconstruction ou synthèse pour faire une information.
– A l’illusion de liberté dans un carcan formaté de logiciels et autres formes commerciales pré-cuites
– Aux réseaux dits sociaux qui créent des gettos ou chacun est caché derrière une illusion de vérité et de réel dans un jeu de rôle au seul profit commercial de valorisation boursière de sociétés multinationales.
– Que la dématérialisation ne débouche sur une déshumanisation
– De savoir résister à la rapidité pour laisser le temps à la décantation de la réflexion.

Nous essaierons de développer chacun de  ces thèmes et vous invitons à le faire dans vos commentaires.

Safran