L’élite mondiale et … le peuple, les peuples.

Partout dans le monde, développé ou pas, anglo-saxon ou pas, français ou pas,
ceux qui disposent d’un capital culturel et financier sont maintenant assez nombreux pour vivre entre eux,
et penser pouvoir diriger le monde selon leurs valeurs, leurs codes ;
et dans leur seul intérêt.
Aux autres de s’adapter ou de se faire oublier.

Si on veut éviter de sombres lendemains, pour les puissants comme pour les peuples,

Il est urgentissime d’ouvrir à tous l’accès
aux codes 
du savoir,

de la culture, du devenir soi, du respect des autres.
Il est urgentissime de faire preuve, à tous les niveaux dans la société,
d’écoute,
de respect,
d’empathie,
d’altruisme. 

extrait de l’édito de Jacques Attali du 28/05/2018 « La société tétraplégique », à lire dans son intégralité.
http://www.attali.com/societe/la-societe-tetraplegique/

 Ne serait-ce pas qu’il est urgentissime d’être citoyen conscient ?

Le Chef a toujours raison et s’il a tort c’est qu’il a raison d’avoir tort!

S’il fallait démontrer la nécessité d’un renouvellement politique, au moins nous avons Jacques Chabal maire du Cheylard, président de Val’Eyrieux, parrain de François Fillon pour la présidentielle, qui s’y emploie brillamment !
Exerçons notre citoyenneté VOTONS !

Nos chemins ne sont pas à vendre SUITE …

http://www.noscheminsnesontpasavendre.fr/2017/06/01/ubuesque/

Courrier du maire 2

Elu ou Seigneur, sujets ou citoyens … »Nos chemins ne sont pas à vendre » en exemple.

Que penser de ces élus notables qui ont perdu le sens du respect du citoyen et bien entendu l’idée même de servir la communauté,
ces élus omnipotents qui décident en dépit des choix exprimés par celle-ci et qui vont jusqu’à dénier le droit des citoyens à simplement solliciter leurs élus!
Pour démonstration on ne peut faire mieux que ce courrier de Jacques Chabal maire du Cheylard en réponse à « Nos chemins ne sont pas à vendre » qui nous dit:

« Mairie du Cheylard : 2 mois pour envoyer un courrier,
2 heures pour envoyer la police !

Nous avons reçu le mardi 23 mai un courrier du Maire du Cheylard en réponse à notre courrier de demande d’autorisation pour une journée citoyenne prévue le 29 avril et reçue par la mairie le 22 mars.
Ce courrier est arrivé 3 jours après que nous ayons débroussaillé le chemin le 20 mai entre 9h et 11 h et reçu la visite des forces de l’ordre à 11h30.
Il aura donc fallu 2 mois pour que le maire du Cheylard réponde à notre courrier et 2 heures pour qu’il envoie la police. »

https://assobc.files.wordpress.com/2017/06/nos-chemins-ne-sont-pas-rc3a9ponse-du-maire.pdf

https://assobc.files.wordpress.com/2017/06/nos-chemins-courrier-au-maire-demande-de-travaux-rc3a9ponse-du-maire.pdf

 

Les Forces de l’Ordre dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin Gardette par des citoyens bénévoles.

Les Forces de l’Ordre ont été dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin rural de la Gardette
par des citoyens bénévoles ce samedi 20 mai
.

 

Aliénation de chemins publics Suite:

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre »
nous transmet  les articles de presse parus
et 
le rectificatif suivant que le collectif diffuse aujourd’hui:

 Le Dauphiné du 28/11/16
L’hebdo de l’Ardèche du 01/12/16
 L’hebdo de l’Ardèche du 08/12/16

Un rectificatif s’impose à notre collectif pour la défense de nos chemins ruraux.

Lors de la dernière réunion du Conseil Communautaire du 05/12/2016, devant les élus, le président de la Communauté de Communes de Val’Eyrieux a fait une mise au point concernant la demande d’aliénation de chemins ruraux sur la commune du Cheylard dont il est le maire. Il a affirmé plusieurs contre-vérités : 

– Cette question ne concerne que la commune du Cheylard et non la Communauté de Communes ni le tourisme. il passe sous silence l’importance de ces chemins qui font partie intégrante d’un réseau de chemins de randonnée dont se servent régulièrement randonneurs et vététistes sans oublier la randonnée grand public« La Cheminote » qui relie depuis plusieurs années  Le Cheylard et St Martin de Valamas. Ce n’est donc pas une décision ne concernant que la commune du Cheylard. Ceci concerne évidemment par conséquence le tourisme. 

– Il fait preuve d’une totale mauvaise foi vu que c’est lui qui a évoqué la Communauté de Communes et le tourisme auprès d’un journaliste que nous n’avons jamais rencontré. 

– N’étant pas un témoin direct de la rencontre qui a eu lieu lors de la remise des pétitions entre une trentaine de personnes et le Commissaire enquêteur, il a évoqué une « agression » qui n’a pas eu lieu. Le Commissaire demandant à la personne qui l’interpellait de ne pas s’énerver, ce dernier lui a répondu textuellement :
« Je ne m’énerve pas, je parle fort car j’ai l’impression que vous ne me comprenez pas».
À aucun moment, il ne lui a été manqué de respect, le policier municipal qui se tenait au seuil de la salle devrait pouvoir en attester. Sinon, nous supposons qu’il serait intervenu.  

– Nous n’avons jamais évoqué le trail du Gerbier car nous savons bien que les communes sur lesquelles il se tient vont quitter l’intercommunalité. 

– Le Collectif a seulement fait part de la remise en cause de la participation des bénévoles aux manifestations organisées sur la communauté de communes comme le Printemps de la randonnée, le raid VTT ou le marathon de l’Ardèche. 

Après avoir affirmé toutes ces contre-vérités, il a refusé de façon autoritaire tout débat et questions. 

Ce courrier a donc pour but de rétablir les vérités et de dénoncer les moyens utilisés pour imposer à la population un projet qu’elle refuse.
Le collectif reste persuadé que nos chemins ruraux peuvent cohabiter avec le projet privé touristique et agricole.
Nous nous opposons à l’aliénation de nos chemins ruraux reconnus et non pas à la réalisation du projet privé touristique et agricole.

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre ».

affiche-chemins_page_001