Le Chef a toujours raison et s’il a tort c’est qu’il a raison d’avoir tort!

S’il fallait démontrer la nécessité d’un renouvellement politique, au moins nous avons Jacques Chabal maire du Cheylard, président de Val’Eyrieux, parrain de François Fillon pour la présidentielle, qui s’y emploie brillamment !
Exerçons notre citoyenneté VOTONS !

Nos chemins ne sont pas à vendre SUITE …

http://www.noscheminsnesontpasavendre.fr/2017/06/01/ubuesque/

Courrier du maire 2

Les Forces de l’Ordre dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin Gardette par des citoyens bénévoles.

Les Forces de l’Ordre ont été dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin rural de la Gardette
par des citoyens bénévoles ce samedi 20 mai
.

 

Aliénation de chemins publics Suite:

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre »
nous transmet  les articles de presse parus
et 
le rectificatif suivant que le collectif diffuse aujourd’hui:

 Le Dauphiné du 28/11/16
L’hebdo de l’Ardèche du 01/12/16
 L’hebdo de l’Ardèche du 08/12/16

Un rectificatif s’impose à notre collectif pour la défense de nos chemins ruraux.

Lors de la dernière réunion du Conseil Communautaire du 05/12/2016, devant les élus, le président de la Communauté de Communes de Val’Eyrieux a fait une mise au point concernant la demande d’aliénation de chemins ruraux sur la commune du Cheylard dont il est le maire. Il a affirmé plusieurs contre-vérités : 

– Cette question ne concerne que la commune du Cheylard et non la Communauté de Communes ni le tourisme. il passe sous silence l’importance de ces chemins qui font partie intégrante d’un réseau de chemins de randonnée dont se servent régulièrement randonneurs et vététistes sans oublier la randonnée grand public« La Cheminote » qui relie depuis plusieurs années  Le Cheylard et St Martin de Valamas. Ce n’est donc pas une décision ne concernant que la commune du Cheylard. Ceci concerne évidemment par conséquence le tourisme. 

– Il fait preuve d’une totale mauvaise foi vu que c’est lui qui a évoqué la Communauté de Communes et le tourisme auprès d’un journaliste que nous n’avons jamais rencontré. 

– N’étant pas un témoin direct de la rencontre qui a eu lieu lors de la remise des pétitions entre une trentaine de personnes et le Commissaire enquêteur, il a évoqué une « agression » qui n’a pas eu lieu. Le Commissaire demandant à la personne qui l’interpellait de ne pas s’énerver, ce dernier lui a répondu textuellement :
« Je ne m’énerve pas, je parle fort car j’ai l’impression que vous ne me comprenez pas».
À aucun moment, il ne lui a été manqué de respect, le policier municipal qui se tenait au seuil de la salle devrait pouvoir en attester. Sinon, nous supposons qu’il serait intervenu.  

– Nous n’avons jamais évoqué le trail du Gerbier car nous savons bien que les communes sur lesquelles il se tient vont quitter l’intercommunalité. 

– Le Collectif a seulement fait part de la remise en cause de la participation des bénévoles aux manifestations organisées sur la communauté de communes comme le Printemps de la randonnée, le raid VTT ou le marathon de l’Ardèche. 

Après avoir affirmé toutes ces contre-vérités, il a refusé de façon autoritaire tout débat et questions. 

Ce courrier a donc pour but de rétablir les vérités et de dénoncer les moyens utilisés pour imposer à la population un projet qu’elle refuse.
Le collectif reste persuadé que nos chemins ruraux peuvent cohabiter avec le projet privé touristique et agricole.
Nous nous opposons à l’aliénation de nos chemins ruraux reconnus et non pas à la réalisation du projet privé touristique et agricole.

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre ».

affiche-chemins_page_001

Le Cheylard: Aliénation de chemins publics pour intérêts privés?

Nous venons d’apprendre que
Le conseil du Cheylard a voté mardi 27 septembre 2016 la délibération suivante:
qui décide d’engager la procédure pour aliéner 5 chemins ruraux :
le chemin rural de la Gardette au Cheylard, celui de Marcon à la Gardette,
de l’Hoste, de La Blache et le chemin  reliant Malleval à la Gardette.

Pour les situer suivre ce lien.

De nombreuses personnes farouchement opposèes à cette aliénation se sont organisées dans un mouvement collectif pour faire part de leur volonté de protection des biens communs que sont les chemins publics. Voici ci-dessous le courrier du collectif:

Bonjour,
Sur la commune du Cheylard, à la demande d’un investisseur industriel  privé, il est question d’aliéner 5 chemins ruraux, non inscrits au PDIPR, sur une longueur totale de 3810 m et une surface de 11430 m2. Une enquête publique se déroule en ce moment du 14 novembre au 30 novembre. La mobilisation populaire contre ce projet est forte mais s’oppose à une très grande pression de la part de la municipalité qui a déja provoqué 2 réunions supplémentaires de « négociation » sous prétexte que la plupart des chemins sont inaccessibles au public.

Trois de ces cinq chemins sont fréquemment empruntés pour le loisir par les promeneurs, randonneurs, VTTistes, ridders mais également par les riverains à des fins purement utilitaires.

Les associations concernées dans leur ensemble ont tenu une réunion publique vendredi 25 en présence de la presse locale ( Dauphiné Libéré et hebdo de l’ardèche ) ains que de la radio locale Radio des Boutières. Des articles paraîtront dans quelques jours mais l’enquête publique prend fin mercredi 30 novembre.(compte rendu ci-joint)

Nous faisons circuler une pétition (ci-jointe) que nous devons remettre au commissaire enquêteur mercredi 30 novembre, merci de votre mobilisation et de votre aide.

Cordialement.
Pour le Collectif,
En PJ:
– Le plan général de situation
– Compte rendu de l’assemblée constitutive du collectif pour la défense des chemins publics.
– pétition
– visuel

Pour nous citoyens des Boutières, après lecture des arguments exprimés dans le compte-rendu du conseil municipal, sachant que celui de l’inutilisation de ces chemins est tout simplement faux et que de toute manière çà ne justifierait pas de s’en démunir car çà ne préjuge en rien de l’avenir.
Nous avons donc juste ces questions à se poser:
Des chemins publics sont-ils gênants ou au contraire utiles à une activité agricole?
Sont-ils gênants ou au contraire utiles à une activité touristique?
Doit-on sacrifier des intérêts publics à des intérêts privés?
A vous de voir et de signer ou non la pétition qui vous sera présentée ce mercredi sur le marché du Cheylard (et) ou d’encombrer ou non la permanence du commissaire enquêteur mercredi après-midi et bien sur d’aller remplir ou non de vos avis le(s) cahier(s) d’enquête disponible(s) en mairie aux heures d’ouverture.

vue-aerienne-et-cadastre

affiche-chemins_page_001

Chemins inutilisés! voilà donc une photo historique de fantômes.
usagers-chemins

Ce qu’ils en disent:
Une fois de plus, on nous met devant un fait accompli sans solliciter ou prévenir qui que ce soit, ce n’est pas une façon de faire !
Qu’on nous dise réellement si des personnes de la Mairie les ont déjà empruntés ces chemins avant de dire des énormités pareilles !
Certains lycéens du Cheylard les pratiquent tous les jours pour se rendre sur leur lieu d’habitation à Malleval quand d’autres les utilisent encore pour se rendre sur le marché du mercredi !
C’est se moquer du monde ! Et puis ce sont des chemins historiques qui nous ont été transmis par les anciens qui les ont tracés, construits et entretenus ! Il n’est pas question pour Nous que ces chemins soient privatisés au profit d’une personne !