Le Chef a toujours raison et s’il a tort c’est qu’il a raison d’avoir tort!

S’il fallait démontrer la nécessité d’un renouvellement politique, au moins nous avons Jacques Chabal maire du Cheylard, président de Val’Eyrieux, parrain de François Fillon pour la présidentielle, qui s’y emploie brillamment !
Exerçons notre citoyenneté VOTONS !

Nos chemins ne sont pas à vendre SUITE …

http://www.noscheminsnesontpasavendre.fr/2017/06/01/ubuesque/

Courrier du maire 2

Début de mandats

La période électorale avec tout ce qu’elle comporte d’émotions positives ou négatives, touche à sa fin, la plupart des maires ont été élus. Beaucoup ont été reconduits dans leur fonction et parmi eux, celui du Cheylard :Jacques Chabal.

Les électeurs ont exprimé par le choix qu’ils ont fait, la volonté d’une continuité. Et de ce côté-là, je pense qu’ils ne devraient pas être décus. Monsieur Chabal qui a obtenu 65,64% des suffrages contre 34,36% pour la liste d’opposition conduite par Corine Laffont persiste dans ses pratiques de gouvernance, et comme le souligne élégamment Monsieur Lemonnier, journaliste à l’hebdo de l’Ardèche ( continuant ainsi d’apporter son précieux soutien journalistique), Jacques Chabal tacle l’opposition. TACLER ce mot peut-il entrer dans le lexique des méthodes républicaines ? Voilà un maire face à une équipe municipale élue qui fait preuve non pas d’un esprit rassembleur mais qui fait preuve d’agressivité face aux représentants élus de l’opposition.

Pas de poste d’adjoint pour les élus de l’opposition, ni de délégations particulières, cette fois ils n’ont pas pu être évincer de Val’Eyrieux, la loi ne le permettait pas.

Je pense qu’il est bon de souligner que pour Monsieur Chabal il semblerait que 34,36% des voix ou rien ce n’est pas très différent. Que les cheylarois concernés en prennent bonne note. Nous avons tous pu entendre au cours des diverses allocutions de cet élu ses allusions aux règles républicaines. Force est de constater que nous n’en faisons pas la même lecture. Il est vrai qu’en matière de Républiques, on a une grande diversité, entre la république populaire de Chine, la république démocratique du Congo et la république de Cuba….. mais restons en à la république française.

Quoiqu’il en soit des équipes municipales ont été démocratiquement élues, nous espérons qu’elles s’acquitteront au mieux de leur tâche dans le respect de la démocratie, sans oublier que les sièges qu’elles occupent ne leur appartiennent pas, ils appartiennent aux électeurs qui leur ont permis de les occuper et de ce fait, les élections ne se résument pas à une période où les électeurs font un petit tour par les urnes et retournent sans mot dire à leur quotidien. Les occupants de ces sièges doivent informer les citoyens des choix  qui ont été faits, des décisions qui ont été prises pour que fonctionne pleinement la démocratie. Nous attendons avec vigilance la suite de ces nouveaux  mandats.

LES ENJEUX POST-ELECTORAUX

Nous arrivons à la fin de cette période électorale locale, l’essentiel, après ce premier tour est défini. Nous soutenions les listes de Corine Laffont au Cheylard et de Patrick Arsac à St Barthélémy le Meil pour leur engagement vers une gouvernance plus participative, et d’implication plus forte des citoyens, les deux ont été battues. Mais « un regard neuf » aura tout de même 4 représentants au conseil du Cheylard et surtout 2 au conseil Val’Eyrieux alors que jusque là, la majorité Cheylaroise n’avait accordée aucune délégation à son opposition. C’est donc un petit mieux. Il semblerait que, dans cette période difficile et inquiétante, confier son avenir à « un homme providentiel connu » avec ce côté conservateur, tranquilliserait et rassurerait certains citoyens.

Mais dans les 34 communes composant Val’Eyrieux , il y a probablement des équipes proches de ces idées que nous voulons porter et que nous continuerons à défendre. Ainsi nous espérons que la prochaine mise en place des nouveaux élus au conseil et au bureau de Val’Eyrieux verra cette nécessité d’information et de participation citoyenne être un élément des propositions de gouvernance de ce qui est maintenant le cœur de notre communauté.
Qu’on le veuille ou non Val’Eyrieux n’est pas et ne sera pas un simple financement, par nos impôts, ou chaque maire essaiera de tirer quelque chose pour sa commune comme le suggérait le maire de St Barthélemy et qui permet à une équipe dominante de faire des affidés par clientélisme.
C’est le lieu ou se feront les politiques essentielles de notre communauté.
Politiques économiques, culturelles, foncières, etc. … et nous avons là, nous citoyens, notre mot à dire.

Au moment ou nous écrivons ces mots nous apprenons 200 licenciements chez Bijoux GL qui se rajoutent au 153 précédents.
200 personnes!   combien de familles?   Combien d’enfants?   Quel devenir?
Que peut offrir notre territoire en termes: d’emploi,   d’aides à la création de son emploi?  de sauvegarde de maisons peut-être encore avec des mensualités à payer?

Comment avoir une solidarité de communauté? ….
Il y a seulement 14 mois nous lisions qu’il n’y avait pas de crise économique mais une crise de l’étique!, une étique faisant 353 pertes d’emplois?

Il nous faut donc être solidaires pour rebondir et surmonter les difficultés économiques, mais comment fédérer les 14151 habitants de Val’Eyrieux et créer le sentiment d’être à la manœuvre dans le même bateau? De créer le sentiment d’appartenance à la même communauté?

Comment les habitants de Val’Eyrieux se feront-ils représenter solidairement au SMEOV, au Valdac, au Sictomsed, Au Sictom du moyen Eyrieux, au Sictom Entre Monts et Vallées, à Eyrieux Clair etc. …?

Telles sont les enjeux devant nous, c’est pourquoi nous devons continuellement poser ces questions citoyennes, vous inviter à  vous questionner et à réfléchir à des solutions possibles avec les élus et pour cela exiger de ces derniers qu’ils « nous tiennent au courant » dès le début d’une réflexion sur un projet et qu’ils ne se contentent pas, comme on l’a entendu, d’inventorier les réalisations dans un bulletin municipal ou communautaire.
Nous pensons que c’est par une forte citoyenneté, une forte solidarité de pensée, de projets et d’engagements citoyens, ce que les élus se devraient de cultiver,  que notre communauté sera capable de construire notre avenir et celui de nos enfants sur ce territoire.

Exercez votre citoyenneté!

,,;;Cà y est nous en sommes là ou les citoyens ont entre les mains le pouvoir d’agir pour leur avenir en désignant ceux qui parmi eux souhaitent s’investir pour gérer la communauté, ce qui est normalement désigné par le mot « politique » (mais non ce n’est pas un gros mot). Nous allons donc choisir, par nos votes, la politique que veulent mettre en œuvre des femmes et des hommes qui se présentent à nos suffrages.

,,,,Pour quasiment tous ceux qui se présentent en Val’Eyrieux, ce ne sont effectivement pas des politiques partisanes ou « politiciennes » qui sont proposées, mais pour ceux qui disent ou sont tentés de dire qu’ils ne font pas de politique, ils se trompent, ils en font, comme M. Jourdain sans le savoir, puisque le simple fait de se présenter devant les électeurs est déjà un premier acte politique.

,,,,Ceux qui se vantent d’être de bons gestionnaires car ils ont des budgets équilibrés, on peut les traduire en disant « qu’ils sont de bons politiques car ils font tout simplement ce qui est obligatoire, c’est à dire d’avoir un budget égal en recettes et en dépenses soit équilibré! Cà tout le monde sait le faire, il n’y a pas le choix!
Par-contre quelles recettes?  Quelles dépenses?  Quel niveau d’impôt?
– Pour construire un restaurant et un espace bien-être ou viendront les citoyens d’Issamoulenc, de Saint André, de Rochepaule…qui auront payé leur part en impôts?
– ou pour fournir par exemple un ordinateur à chaque élève de CM1 et CM2 de Val’Eyrieux, pour construire à travers eux l’avenir de notre communauté?
Ce sont des choix politiques!

,,,,Doit-on, nous citoyens, être informés des réflexions que mènent les élus ou comme le dit M. Chabal, actuel président de Val’Eyrieux, dans son débat sur RDB avec Mme. Laffont qui lui oppose  plus de participation citoyenne en parlant du Futur SCOT, « Il y a un temps pour tout, pour le moment c’est la phase de réflexion… »? Pour lui comme, pour d’autres en Val’Eyrieux, il trouve naturel que le citoyen n’ait pas sa place dans la réflexion menée pour choisir les solutions d’avenir! D’ailleurs ce débat a été exemplaire de ce qu’on peut retrouver dans beaucoup de communes de Val’Eyrieux, si ce n’est dans toutes: cette opposition entre:  – des notables installés dans les fauteuils du système qui pensent peut-être sincèrement ou non qu’une fois élus il leur a été donné carte blanche, qu’ils sont les meilleurs et indispensables (comme on dit: « des gens indispensables il y en a des pleins cimetières »)  – et des gens qui pensent animer collégialement et avec l’avis des citoyens des réflexions sur l’avenir de notre communauté pour initier et exécuter les choix ainsi validés.
Ce débat animé par RDB et l’Hebdo de l’Ardèche montrait bien ces 2 offres politiques. Quand Corine Laffont propose plus de démocratie locale, l’ouverture des commissions municipales et communautaires aux citoyens concernés, des réunions d’informations publiques dès le départ d’un projet, bref, un suivi public continu du travail municipal, communautaire et syndical. Jacques Chabal rétorque: « J’exécute ce que l’état républicain autorise dans un système électif…. la démocratie c’est autre chose, on n’avait pas le temps… et d’ailleurs on le fait avec les bulletins municipaux.. ».

,,,,Il montre que pour lui il est normal et bon d’exercer un pouvoir personnel, que la rapidité passe avant la démocratie et qu’informer dans un bulletin municipal de ce qui est déjà fait ce n’est pas de la pub. mais de la démocratie!

,,,,Nos Choix dans nos communes et pour Val’Eyrieux nous paraissent bien être entre ces deux formes de gouvernance pour offrir un avenir à notre communauté de Val’Eyrieux ou nous aimerions voir les jeunes bâtir leur vie.

A vous tous d’apporter votre pierre à l’édifice par votre bulletin de vote.

Tous les candidats aux élections en Val’Eyrieux

Les candidatures en Val’Eyrieux dans la page
« Toutes les candidatures en Val’Eyrieux » 

Les communes de plus de 1000 habitants
Les communes de moins de 1000 habitants

Elections municipales de mars 2014

En cette période pré électorale, nous découvrons dans les journaux locaux les différents candidats qui pour la plupart nous présentent leur liste. Cette semaine, monsieur Jacques Chabal maire du Cheylard qui brigue un cinquième mandat,  répond aux questions du journaliste de l’hebdo de l’Ardèche. Il explique qu ‘il a la même foi qu’en 1989 soit 25 ans plus tôt.

Nous parlons là d’un temps que les moins de 25 ans ne peuvent pas connaître! Ceux qui ont largement dépassé le quart de siècle ont peut être encore en mémoire certaines motivations qui poussaient le candidat Jacques Chabal 38 ans à briguer le poste de premier magistrat de la ville, parmi elles, le changement! il fallait que ça change le maire d’alors, Monsieur Donnadieu était là de puis 24 ans et sans doute avait-il fait son temps. Pas très élégant mais fort juste comme raisonnement.

Et en 2014? Point d’usure! le changement n’est plus nécessaire!

Une équipe renouvelée au tiers, il ne reste que deux tiers d’anciens… Ce sera donc la continuité après le changement…de mandature.

Monsieur Chabal déclare que contrairement à ce qui se dit, il travaille en équipe. Il travaille en équipe, mais il est seul pour répondre au journaliste . Dans la plupart des communes de Val’Eyrieux, les candidats ont posé avec leurs colistiers dont les noms figuraient dans l’article. Au Cheylard, il y a des hommes et des femmes autour du chef qui vont composer une équipe hors du commun sans doute, comme l’était celle de l’ancienne communauté de communes du pays du Cheylard (dixit Mr Chabal), autour ou derrière le chef? c’est là toute la différence.

Quand à la question du cumul des mandats, Monsieur Chabal fait le distingo entre « mandat » et « fonction ». Il déclare n’avoir comme mandat que celui de maire et de conseiller général, le reste étant des fonctions. Je me suis donc plongé dans les définitions de ces deux mots qui sont effectivement pleines de subtilité.

Un fonction étant l’exercice d’un emploi ou d’une charge et le mandat étant la fonction d’un membre élu.

Ce que nous savons, c’est qu’il y a des personnes nommées pour occuper certaines fonctions et d’autres élues. Le maire est élu, le conseiller général est élu, le président de la communauté de communes est élu, le président du SMEOV (Syndicat Mixte Eyrieux Ouvèze Vernoux) est élu. Monsieur Chabal est donc élu pour occuper certaines fonctions.

Je laisse les citoyens méditer sur ces nuances.

Diligence ou précipitation ?

« Dépêchons nous, dépêchons nous vite, dépêchons nous, dépêchons nous bien…… » comme dit une chanson

. Pourquoi pas !

Mais on ne se dépêche pas pour rien. Or lors du premier conseil de la communauté de communes « Val’Eyrieux » il y a eu l’élection d’un nouveau bureau alors qu’il y avait la possibilité d’expédier les affaires courantes et de procéder à l’élection du bureau après les élections municipales de mars.

. Alors qu’est-ce qui motive ou a motivé nos élus communautaires, pour faire des élections avant les élections municipales de mars après lesquelles tout sera à refaire. Le président élu Monsieur Jacques Chabal a ensuite précisé qu’il fallait faire vite pour régler certains points avant mars justement.
Le citoyen de base que je suis est en droit de s’interroger:
– l’indemnité versée aux membres du bureau de Val’Eyrieux même pour trois mois, mérite-t-elle qu’on se dépêche?
– prendre des décisions importantes avant un changement éventuel de direction est-ce pour bloquer un système qui pourrait ne pas convenir aux élus de mars?

Mais le citoyen de base ne connaît pas tous les choix difficiles qui sont ou seront faits au bureau de la communauté de communes, et pour cause, on se garde bien de laisser filtrer les informations. Comment ça, étaler sur la place publique ce qui nous concerne tous et qui engage notre futur? Vous n’y pensez pas mon brave…..Comme le dit si justement Monsieur René Julien au correspondant de l’hebdo de l’Ardèche lors de l’annonce de sa candidature aux prochaines élections municipales « Je suis actuellement vice-président à Val’Eyrieux, car je pense qu’il faut en faire partie pour comprendre ce qui s’y passe ».
C’est bien là le problème! Enfin pour moi, car Monsieur Julien me confirme là au cas ou j’en douterai encore que la communauté de communes fonctionne en totale opacité. Pour comprendre, pour savoir, il faut être dedans, il faut être membre du bureau.

Et les maires ou délégués qui ne sont pas membres du bureau alors, sont-ils tenus dans la même ignorance que moi citoyen de base? Si c’est le cas, comment accepter qu’une telle situation perdure? Lors des prochaines élections municipales, les électeurs devront faire en sorte que cela change. Détrompez moi si je suis dans l’erreur: les membres du conseil communautaire ne sont-ils pas des représentants du peuple? N’ont-ils pas le devoir d’informer leurs électeurs des projets et des décisions prises ou quand ils sont élus deviennent-ils des êtres à part, dotés d’une intelligence et d’un jugement hors du commun qui ne leur permet plus de communiquer avec » la base », qui ne peut pas comprendre elle, puisqu’elle n’est pas initiée? Dans le deuxième cas, il serait inutile de procéder à des renouvellements, on se retrouverait dans un système jadis combattu et vaincu. D’où la dangerosité des mandats reconduits de trop nombreuses fois par nos élus locaux.

Les votes des élus lors des assemblées telles que la communauté de communes ne devraient pas être à bulletins secrets, de façon à ce que leurs électeurs sachent où leurs représentants se positionnent. Je ne conteste pas la légitimité des élus, mais il faut que tous assument leur fonction et leur position ou l’inexistence de position, ce qui malheureusement n’est pas une simple vue de l’esprit.