Protection de nos chemins ruraux soutenez les amendements dans la loi climat

Claudine et Michel VILLE nous envoie le message suivant:

Bonjour,
Merci de diffuser, à votre manière, cette information importante concernant la protection des chemins ruraux.
Sans l’acceptation de ces amendements, les chemins peuvent être vendus sur décision du conseil municipal et non plus par une enquête publique.
DANGER pour notre patrimoine commun.

Faire circuler à vos amis et proches sans modération.

Nous ne pourrions pas faire moins que de soutenir cette démarche, comme nous l’avons déjà fait en relayant les initiatives de « Nos Chemins ne sont pas à vendre » et après nous être déjà bien exprimé sur ce sujet……..
https://assobc.com/2020/03/02/appel-de-nos-chemins-ne-sont-pas-a-vendre-aux-candidats-aux-elections-municipales/

Amendements dans la loi climat:
https://assobc.files.wordpress.com/2021/03/amandements-au-texte-de-loi-proposes-pour-la-protection-des-chemins-ruraux-1-2.pdf

 Pour que les amendements dans la loi climat, en faveur de la protection des chemins ruraux, soient acceptés, il faut une mobilisation de tous, il suffit d’envoyer cette lettre type ou personnalisée à notre député de l’Ardèche afin qu’il vote favorablement les amendements, en séance à l’assemblée nationale.  
Vous pouvez transférer ce message à vos proches. 

 lettre à envoyer à : Herve.Saulignac@assemblee-nationale.fr

Ainsi qu’à tout député d’une circonscription qui vous concerne.

Monsieur le Député,

Les amendements au projet de loi climat n° 842, 5005 et 2507 vont être discutés en commission prochainement. Ces amendements vont dans le sens d’une protection des chemins ruraux et  je vous sollicite de bien vouloir les voter en séance.

Ces chemins, de village à village, forment un réseau et un lien indispensables à l’usage des riverains et la pratique des loisirs de nature. C’est notre richesse patrimoniale commune.

Ils présentent un intérêt certain pour lutter contre l’artificialisation des sols (un des buts du projet de loi Climat.) 

Les haies qui les bordent constituent un refuge naturel pour la faune et la flore constituant ainsi de véritables corridors de biodiversité.

Il est essentiel et urgent de protéger les chemins dont 50 % ont déjà disparu.   

Je vous prie de croire, monsieur le Député, à ma sincère considération.

signature

Les Forces de l’Ordre dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin Gardette par des citoyens bénévoles.

Les Forces de l’Ordre ont été dépêchées pour stopper le débroussaillage du chemin rural de la Gardette
par des citoyens bénévoles ce samedi 20 mai
.

 

Aliénation de chemins publics Suite:

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre »
nous transmet  les articles de presse parus
et 
le rectificatif suivant que le collectif diffuse aujourd’hui:

 Le Dauphiné du 28/11/16
L’hebdo de l’Ardèche du 01/12/16
 L’hebdo de l’Ardèche du 08/12/16

Un rectificatif s’impose à notre collectif pour la défense de nos chemins ruraux.

Lors de la dernière réunion du Conseil Communautaire du 05/12/2016, devant les élus, le président de la Communauté de Communes de Val’Eyrieux a fait une mise au point concernant la demande d’aliénation de chemins ruraux sur la commune du Cheylard dont il est le maire. Il a affirmé plusieurs contre-vérités : 

– Cette question ne concerne que la commune du Cheylard et non la Communauté de Communes ni le tourisme. il passe sous silence l’importance de ces chemins qui font partie intégrante d’un réseau de chemins de randonnée dont se servent régulièrement randonneurs et vététistes sans oublier la randonnée grand public« La Cheminote » qui relie depuis plusieurs années  Le Cheylard et St Martin de Valamas. Ce n’est donc pas une décision ne concernant que la commune du Cheylard. Ceci concerne évidemment par conséquence le tourisme. 

– Il fait preuve d’une totale mauvaise foi vu que c’est lui qui a évoqué la Communauté de Communes et le tourisme auprès d’un journaliste que nous n’avons jamais rencontré. 

– N’étant pas un témoin direct de la rencontre qui a eu lieu lors de la remise des pétitions entre une trentaine de personnes et le Commissaire enquêteur, il a évoqué une « agression » qui n’a pas eu lieu. Le Commissaire demandant à la personne qui l’interpellait de ne pas s’énerver, ce dernier lui a répondu textuellement :
« Je ne m’énerve pas, je parle fort car j’ai l’impression que vous ne me comprenez pas».
À aucun moment, il ne lui a été manqué de respect, le policier municipal qui se tenait au seuil de la salle devrait pouvoir en attester. Sinon, nous supposons qu’il serait intervenu.  

– Nous n’avons jamais évoqué le trail du Gerbier car nous savons bien que les communes sur lesquelles il se tient vont quitter l’intercommunalité. 

– Le Collectif a seulement fait part de la remise en cause de la participation des bénévoles aux manifestations organisées sur la communauté de communes comme le Printemps de la randonnée, le raid VTT ou le marathon de l’Ardèche. 

Après avoir affirmé toutes ces contre-vérités, il a refusé de façon autoritaire tout débat et questions. 

Ce courrier a donc pour but de rétablir les vérités et de dénoncer les moyens utilisés pour imposer à la population un projet qu’elle refuse.
Le collectif reste persuadé que nos chemins ruraux peuvent cohabiter avec le projet privé touristique et agricole.
Nous nous opposons à l’aliénation de nos chemins ruraux reconnus et non pas à la réalisation du projet privé touristique et agricole.

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre ».

affiche-chemins_page_001