Nos Chemins ne sont pas à vendre création d’un collectif

C’est tout naturellement que nous nous faisons le relai d’une action citoyenne pour la défense de nos chemins, qui ne sont pas à vendre !

 

Nous vous annonçons l’ouverture du blog 
 
Le collectif Nos chemins ne sont pas à vendre 
s’oppose au projet de la municipalité du Cheylard en Ardèche de privatiser des chemins ruraux 
qu’elle envisage de céder à un investisseur privé et donc de les rendre inaccessibles au public.
ce blog recense toutes les actions que nous menons.
Il permet d’en comprendre les enjeux, de suivre en temps réel son actualité 
et aussi de revoir de façon historique l’évolution et les épisodes du dossier depuis son origine. 
Il est organisé de façon historique, l’article le plus récent en tête de liste.
 
aidez-nous à le faire connaître :

– abonnez-vous au blog et recevez les nouveaux articles
– postez des commentaires à la fin de chaque article, votre adresse mail ne sera pas visible ni publiée.

 proposez des articles par mail à l’adresse suivante: collectifnoscheminsnesontpasavendre@orange.fr  

– transférez ce mail à vos amis, relations et aux associations qui pourront relayer nos informations et manifestations.
– partagez nos articles sur les réseaux sociaux et abonnez –vous à notre page Facebook 

https://www.facebook.com/noscheminsnesontpasavendre/

Le collectif Nos chemins ne sont pas à vendre a pour but la défense des chemins ruraux et autres chemins ou sentiers 
servant aux déplacement des riverains, à la randonnée pédestre et à la pratique des autres sports nature 
ainsi que le patrimoine naturel et sauvegarder leur caractère public sur le secteur de la Communauté de Communes Val’Eyrieux en Ardèche. 
Il rassemble toutes les personnes et structures motivées, en dehors de toute considération politique, 
pour sauver ce patrimoine commun de la disparition et de la privatisation .
 
rejoignez-nous !
 

Aliénation de chemins publics Suite:

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre »
nous transmet  les articles de presse parus
et 
le rectificatif suivant que le collectif diffuse aujourd’hui:

 Le Dauphiné du 28/11/16
L’hebdo de l’Ardèche du 01/12/16
 L’hebdo de l’Ardèche du 08/12/16

Un rectificatif s’impose à notre collectif pour la défense de nos chemins ruraux.

Lors de la dernière réunion du Conseil Communautaire du 05/12/2016, devant les élus, le président de la Communauté de Communes de Val’Eyrieux a fait une mise au point concernant la demande d’aliénation de chemins ruraux sur la commune du Cheylard dont il est le maire. Il a affirmé plusieurs contre-vérités : 

– Cette question ne concerne que la commune du Cheylard et non la Communauté de Communes ni le tourisme. il passe sous silence l’importance de ces chemins qui font partie intégrante d’un réseau de chemins de randonnée dont se servent régulièrement randonneurs et vététistes sans oublier la randonnée grand public« La Cheminote » qui relie depuis plusieurs années  Le Cheylard et St Martin de Valamas. Ce n’est donc pas une décision ne concernant que la commune du Cheylard. Ceci concerne évidemment par conséquence le tourisme. 

– Il fait preuve d’une totale mauvaise foi vu que c’est lui qui a évoqué la Communauté de Communes et le tourisme auprès d’un journaliste que nous n’avons jamais rencontré. 

– N’étant pas un témoin direct de la rencontre qui a eu lieu lors de la remise des pétitions entre une trentaine de personnes et le Commissaire enquêteur, il a évoqué une « agression » qui n’a pas eu lieu. Le Commissaire demandant à la personne qui l’interpellait de ne pas s’énerver, ce dernier lui a répondu textuellement :
« Je ne m’énerve pas, je parle fort car j’ai l’impression que vous ne me comprenez pas».
À aucun moment, il ne lui a été manqué de respect, le policier municipal qui se tenait au seuil de la salle devrait pouvoir en attester. Sinon, nous supposons qu’il serait intervenu.  

– Nous n’avons jamais évoqué le trail du Gerbier car nous savons bien que les communes sur lesquelles il se tient vont quitter l’intercommunalité. 

– Le Collectif a seulement fait part de la remise en cause de la participation des bénévoles aux manifestations organisées sur la communauté de communes comme le Printemps de la randonnée, le raid VTT ou le marathon de l’Ardèche. 

Après avoir affirmé toutes ces contre-vérités, il a refusé de façon autoritaire tout débat et questions. 

Ce courrier a donc pour but de rétablir les vérités et de dénoncer les moyens utilisés pour imposer à la population un projet qu’elle refuse.
Le collectif reste persuadé que nos chemins ruraux peuvent cohabiter avec le projet privé touristique et agricole.
Nous nous opposons à l’aliénation de nos chemins ruraux reconnus et non pas à la réalisation du projet privé touristique et agricole.

Le collectif pour la défense des chemins publics
« Nos chemins ne sont pas à vendre ».

affiche-chemins_page_001

Le Cheylard: Aliénation de chemins publics pour intérêts privés?

Nous venons d’apprendre que
Le conseil du Cheylard a voté mardi 27 septembre 2016 la délibération suivante:
qui décide d’engager la procédure pour aliéner 5 chemins ruraux :
le chemin rural de la Gardette au Cheylard, celui de Marcon à la Gardette,
de l’Hoste, de La Blache et le chemin  reliant Malleval à la Gardette.

Pour les situer suivre ce lien.

De nombreuses personnes farouchement opposèes à cette aliénation se sont organisées dans un mouvement collectif pour faire part de leur volonté de protection des biens communs que sont les chemins publics. Voici ci-dessous le courrier du collectif:

Bonjour,
Sur la commune du Cheylard, à la demande d’un investisseur industriel  privé, il est question d’aliéner 5 chemins ruraux, non inscrits au PDIPR, sur une longueur totale de 3810 m et une surface de 11430 m2. Une enquête publique se déroule en ce moment du 14 novembre au 30 novembre. La mobilisation populaire contre ce projet est forte mais s’oppose à une très grande pression de la part de la municipalité qui a déja provoqué 2 réunions supplémentaires de « négociation » sous prétexte que la plupart des chemins sont inaccessibles au public.

Trois de ces cinq chemins sont fréquemment empruntés pour le loisir par les promeneurs, randonneurs, VTTistes, ridders mais également par les riverains à des fins purement utilitaires.

Les associations concernées dans leur ensemble ont tenu une réunion publique vendredi 25 en présence de la presse locale ( Dauphiné Libéré et hebdo de l’ardèche ) ains que de la radio locale Radio des Boutières. Des articles paraîtront dans quelques jours mais l’enquête publique prend fin mercredi 30 novembre.(compte rendu ci-joint)

Nous faisons circuler une pétition (ci-jointe) que nous devons remettre au commissaire enquêteur mercredi 30 novembre, merci de votre mobilisation et de votre aide.

Cordialement.
Pour le Collectif,
En PJ:
– Le plan général de situation
– Compte rendu de l’assemblée constitutive du collectif pour la défense des chemins publics.
– pétition
– visuel

Pour nous citoyens des Boutières, après lecture des arguments exprimés dans le compte-rendu du conseil municipal, sachant que celui de l’inutilisation de ces chemins est tout simplement faux et que de toute manière çà ne justifierait pas de s’en démunir car çà ne préjuge en rien de l’avenir.
Nous avons donc juste ces questions à se poser:
Des chemins publics sont-ils gênants ou au contraire utiles à une activité agricole?
Sont-ils gênants ou au contraire utiles à une activité touristique?
Doit-on sacrifier des intérêts publics à des intérêts privés?
A vous de voir et de signer ou non la pétition qui vous sera présentée ce mercredi sur le marché du Cheylard (et) ou d’encombrer ou non la permanence du commissaire enquêteur mercredi après-midi et bien sur d’aller remplir ou non de vos avis le(s) cahier(s) d’enquête disponible(s) en mairie aux heures d’ouverture.

vue-aerienne-et-cadastre

affiche-chemins_page_001

Chemins inutilisés! voilà donc une photo historique de fantômes.
usagers-chemins

Ce qu’ils en disent:
Une fois de plus, on nous met devant un fait accompli sans solliciter ou prévenir qui que ce soit, ce n’est pas une façon de faire !
Qu’on nous dise réellement si des personnes de la Mairie les ont déjà empruntés ces chemins avant de dire des énormités pareilles !
Certains lycéens du Cheylard les pratiquent tous les jours pour se rendre sur leur lieu d’habitation à Malleval quand d’autres les utilisent encore pour se rendre sur le marché du mercredi !
C’est se moquer du monde ! Et puis ce sont des chemins historiques qui nous ont été transmis par les anciens qui les ont tracés, construits et entretenus ! Il n’est pas question pour Nous que ces chemins soient privatisés au profit d’une personne !

La citoyenneté s’exprime sur les places la nuit!

Si parfois nous pourrions désespérer du citoyen
qui semblerait remplacé par le consommateur,
Nuit Debout nous fait la démonstration que non,
les citoyens sont encore là à vouloir se projeter dans l’avenir.

Essayons de la faire vivre cette citoyenneté:
penser, partager, discuter, trouver ensemble nos dénominateurs communs,
les orientations à donner à notre société.
Ne laissons pas çà aux seuls dirigeants politiques et autres conseillers économiques.
http://petition.nuitdebout.fr/fr

La citoyenneté ne pourrait-elle pas nous sortir de cette crise de société?

Ce lundi matin l’édito politique de Thomas Legrand exprimait fort bien ce que nous défendons et qui nous oppose souvent à nos élus locaux: une gestion de la communauté locale, régionale ou nationale pour et avec  les citoyens considérant que l’élection ne sacre pas un roi mais choisit l’un d’entre nous parmi des volontaires pour proposer, animer, écouter, mettre en oeuvre les orientations de développement de la communauté.
Vidéo de l’édito:
http://www.franceinter.fr/emission-ledito-politique-vague-de-modernisme-a-droite-le-retour-du-bonapartisme

Extrait de l »édito:
« Qui,aujourd’hui, peut imaginer que les circonstances et le peuple ont rendez-vous avec le maire de Meaux, de Bordeaux, d’Evry ou l’héritière de Montretout ?

Il n’y a plus d’homme providentiel.
Tant mieux !
Que ferait Bonaparte, ou même de Gaulle, dans un monde ouvert et libre comme le nôtre ?
Finalement, ce n’est peut-être pas du retour à l’autorité d’en haut dont la France a besoin mais d’horizontalité, de plus d’implication et de responsabilités des citoyens, des collectivités locales, des associations, des syndicats, des entreprises. L’horizontalité, certes, est plus exigeante. Elle fait plus appel à la raison et au compromis qu’au réflexe et à l’affrontement.
Le mythe du retour dé-responsabilisant du chef reste électoralement plus vendeur.
Mais en Europe, il n’y a que chez nous que le bonapartisme fait encore rêver.
Partout ailleurs c’est l’image, non pas de l’efficacité, mais de la folie autoritaire d’il y a 2 siècles. » 

« Elle fait plus appel à la raison et au compromis qu’au réflexe et à l’affrontement. »
Oui!, si nous faisions tous l’effort de ne garder que la raison et le compromis pour vivre ensemble sans affrontement qu’en serait-il de ceux qui veulent imposer par la force leurs points de vue issus de croyance inacceptables pour d’autres?
C’est çà la laïcité: garder les croyances et ce qui en découle uniquement dans le domaine privé.
Sans la raison et le compromis nous ne sortirons pas de cette guerre qui a détruit des vies à Paris, à Bruxelles et beaucoup d’autres: liste d’attentats du 01 01 15 -23 03 16

Une équipe qui gagne …

« On ne change pas une équipe qui gagne » (lu dans l’hebdo du 25 février) c’est par ces mots que Monsieur Jacques Chabal a justifié la mise à l’écart de son opposition municipale, qui n’est pas tenue au courant des différents projets concernant les cheylarois dont ils sont eux aussi les représentants.

Une équipe qui gagne ? ! ? !…

Une équipe qui a gagné aux élections municipales, une équipe que la majorité des électeurs cheylarois a souhaité reconduire, c’est exact. Mais une équipe qui gagne quoi? depuis quand?

Force est de constater que nous sommes dans un secteur en pleine récession économique, des centaines de postes de travail perdus, une population en baisse, l’existence de commerces menacée, s’en suivra une baisse des effectifs dans les établissements scolaires, de nombreuses maisons sur lesquelles on peut lire à vendre, etc…

Ayez un peu le triomphe modeste « l’équipe qui gagne ». Et ce n’est pas la circulation de  vélos et autres, même en nombre important, sur la Dolce via qui donnera le dynamisme perdu à notre secteur. Alors de grâce et pour utiliser un adjectif cher à certains et souvent dévoyé l’attitude républicaine n’est-elle pas de respecter les électeurs, tous les électeurs, même ceux qui  souhaitaient un changement de méthode et qui malheureusement ne l’ont pas eu?

Je suis CHARLIE « qu’ils disaient » le 11 janvier 2015

marche 3

Et le 24 février 2015…………

Retour en arrière: depuis quelques années je fais partie du CLD du CDDRA maintenant Centre Ardèche anciennement VALDAC, strictement en tant que citoyen et non en représentant de Boutières Citoyennes. Il y a 2 ans Boutières Citoyennes a été contactée par Frédéric Lavachery qui avec diverses associations voulait initier une réflexion entre Paysages, Identités et Territoires. A ce moment là le CDDRA s’interrogeait sur la pertinence de ses limites territoriales, quel point de vue adopter ? Par bassins de vie, bassins économiques, par vallées….

Et pourquoi pas demander aux citoyens eux-mêmes, à quel(s) territoire(s) commun(s) se sentent-ils appartenir en leur proposant de le(s) représenter en dessins, photos, poèmes, lettres … et voir ainsi les contours communs qui se dessineraient.

J’ai donc présenté  au CLD cette idée d’association à l’initiative de Frédéric Lavachery, ce qui l’a intéressé et a abouti, près de 2 ans après, à la création de cette plaquette, soutenue par le CLD et donc le CDDRA, pour démarrer cette interrogation des habitants du (des) territoire(s).

Tout naturellement  j’avais engagé  Boutières Citoyennes au côté des autres associations porteuses du projet et elle apparaissait donc comme partenaire de ce projet.

Et le 24 février 2015…  le CLD présente cette fiche action au comité de pilotage et là le président du SMEOV (syndicat mixte porteur du CDDRA) exige le retrait du partenariat avec Boutières Citoyennes, une censure claire et nette, voire extrait du compte rendu du comité de pilotage. Aucun des membres présents ne s’oppose à cette censure exigée. Adieu au respect du droit d’expression !…

On peut penser que tous les élus pris par surprise et n’ayant probablement  jamais lu les articles de Boutières Citoyennes aient pu croire ce qui leur était dit à son sujet, que nous serions vraiment des gens infréquentables.

A la suite de çà le CLD a adressé le 20 mars ce courrier à tous les membres du COPIL soit un mois avant le prochain Copil du 20/04/2015, ce qui laissait, à tous les élus, largement le temps de vérifier ce qu’était réellement Boutières Citoyennes et si cette association devait être mise au banc de la liberté d’expression.

Et que se passa-t-il au COPIL du 20/04/2015? En voici l’extrait du compte rendu  il est édifiant!

Encore une fois aucun des membres présents ne s’est opposé ou a émis des doutes quant à cet incroyable déni de démocratie et de liberté. Les autres associations parties prenantes non plus.

Je vous invite à parcourir tout ce que Boutières citoyennes a écrit que ce soit sur le blog assobc.com ou sur la page http://www.facebook.com/boutierescitoyennes pour vous faire votre propre opinion face à cette exclusion et aux arguments émis pour la justifier.

Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie

 

François Ponce simple citoyen
et président de Boutières Citoyennes

 

En complément voici sous ces liens les comptes rendus complets du 24/02/2015 et du 20/04/2015 des comités de pilotage du Contrat de Développement Durable Rhône Alpes Centre Adèche portés par le Syndicat Mixte Eyrieux Ouvèze Vernoux