Tous les candidats aux élections en Val’Eyrieux

Les candidatures en Val’Eyrieux dans la page
« Toutes les candidatures en Val’Eyrieux » 

Les communes de plus de 1000 habitants
Les communes de moins de 1000 habitants

MUNICIPALES AU CHEYLARD

L’hebdo de l’Ardèche à travers son journaliste M. Lemonnier et M. Barbisan au service de Jacques Chabal pour le sauver d’un échec annoncé?

On peut se poser la question:
Pourquoi ouvrir ses colonnes à M. Barbisan (pas candidat), à qui Jacques Chabal a laissé la parole de l’opposition pendant 6 ans pour éviter la parole de ceux qui œuvrent réellement au service de la communauté, alors que ce monsieur  a été présent seulement 5 fois sur 25 conseils municipaux du 23/02/2009 au 02/12/2013, dont 2 présences dans la période ou il faisait campagne pour les cantonales (il ne pouvait moins faire), depuis le 14/02/2011 une seule présence! (voir les 25 compte rendus publiés sur le site internet de la mairie du Cheylard)

Comment peut-on dire que quelqu’un est un atout pour Le Cheylard alors qu’on est pas d’accord avec lui sur la direction qu’il donne au territoire! Il nous emmène avec expérience et détermination dans le mur, il disait il y a seulement un an « La crise est bien là! Mais c’est une crise de l’étique…. » (allez dire aux employés de bijoux GL que la crise n’est pas économique), mais il est un atout!!!

Quand à Corine Laffont on croit savoir qu’elle est ni plus ou moins socialiste que Jacques Chabal est UMP et c’est la liste qui est sans étiquette, d’ouverture, composée de personnes venant de diverses familles de pensées!

Finalement l’hebdo de l’Ardèche ouvre  4 colonnes à M. Barbisan pour qu’il nous dise:
Corine Laffont est socialiste (ce que tout le monde ne pouvait ignorer depuis les cantonales)
Jacques Chabal est un atout….(pour les crash-tests dans les murs?)

Elections municipales de mars 2014

En cette période pré électorale, nous découvrons dans les journaux locaux les différents candidats qui pour la plupart nous présentent leur liste. Cette semaine, monsieur Jacques Chabal maire du Cheylard qui brigue un cinquième mandat,  répond aux questions du journaliste de l’hebdo de l’Ardèche. Il explique qu ‘il a la même foi qu’en 1989 soit 25 ans plus tôt.

Nous parlons là d’un temps que les moins de 25 ans ne peuvent pas connaître! Ceux qui ont largement dépassé le quart de siècle ont peut être encore en mémoire certaines motivations qui poussaient le candidat Jacques Chabal 38 ans à briguer le poste de premier magistrat de la ville, parmi elles, le changement! il fallait que ça change le maire d’alors, Monsieur Donnadieu était là de puis 24 ans et sans doute avait-il fait son temps. Pas très élégant mais fort juste comme raisonnement.

Et en 2014? Point d’usure! le changement n’est plus nécessaire!

Une équipe renouvelée au tiers, il ne reste que deux tiers d’anciens… Ce sera donc la continuité après le changement…de mandature.

Monsieur Chabal déclare que contrairement à ce qui se dit, il travaille en équipe. Il travaille en équipe, mais il est seul pour répondre au journaliste . Dans la plupart des communes de Val’Eyrieux, les candidats ont posé avec leurs colistiers dont les noms figuraient dans l’article. Au Cheylard, il y a des hommes et des femmes autour du chef qui vont composer une équipe hors du commun sans doute, comme l’était celle de l’ancienne communauté de communes du pays du Cheylard (dixit Mr Chabal), autour ou derrière le chef? c’est là toute la différence.

Quand à la question du cumul des mandats, Monsieur Chabal fait le distingo entre « mandat » et « fonction ». Il déclare n’avoir comme mandat que celui de maire et de conseiller général, le reste étant des fonctions. Je me suis donc plongé dans les définitions de ces deux mots qui sont effectivement pleines de subtilité.

Un fonction étant l’exercice d’un emploi ou d’une charge et le mandat étant la fonction d’un membre élu.

Ce que nous savons, c’est qu’il y a des personnes nommées pour occuper certaines fonctions et d’autres élues. Le maire est élu, le conseiller général est élu, le président de la communauté de communes est élu, le président du SMEOV (Syndicat Mixte Eyrieux Ouvèze Vernoux) est élu. Monsieur Chabal est donc élu pour occuper certaines fonctions.

Je laisse les citoyens méditer sur ces nuances.

Diligence ou précipitation ?

« Dépêchons nous, dépêchons nous vite, dépêchons nous, dépêchons nous bien…… » comme dit une chanson

. Pourquoi pas !

Mais on ne se dépêche pas pour rien. Or lors du premier conseil de la communauté de communes « Val’Eyrieux » il y a eu l’élection d’un nouveau bureau alors qu’il y avait la possibilité d’expédier les affaires courantes et de procéder à l’élection du bureau après les élections municipales de mars.

. Alors qu’est-ce qui motive ou a motivé nos élus communautaires, pour faire des élections avant les élections municipales de mars après lesquelles tout sera à refaire. Le président élu Monsieur Jacques Chabal a ensuite précisé qu’il fallait faire vite pour régler certains points avant mars justement.
Le citoyen de base que je suis est en droit de s’interroger:
– l’indemnité versée aux membres du bureau de Val’Eyrieux même pour trois mois, mérite-t-elle qu’on se dépêche?
– prendre des décisions importantes avant un changement éventuel de direction est-ce pour bloquer un système qui pourrait ne pas convenir aux élus de mars?

Mais le citoyen de base ne connaît pas tous les choix difficiles qui sont ou seront faits au bureau de la communauté de communes, et pour cause, on se garde bien de laisser filtrer les informations. Comment ça, étaler sur la place publique ce qui nous concerne tous et qui engage notre futur? Vous n’y pensez pas mon brave…..Comme le dit si justement Monsieur René Julien au correspondant de l’hebdo de l’Ardèche lors de l’annonce de sa candidature aux prochaines élections municipales « Je suis actuellement vice-président à Val’Eyrieux, car je pense qu’il faut en faire partie pour comprendre ce qui s’y passe ».
C’est bien là le problème! Enfin pour moi, car Monsieur Julien me confirme là au cas ou j’en douterai encore que la communauté de communes fonctionne en totale opacité. Pour comprendre, pour savoir, il faut être dedans, il faut être membre du bureau.

Et les maires ou délégués qui ne sont pas membres du bureau alors, sont-ils tenus dans la même ignorance que moi citoyen de base? Si c’est le cas, comment accepter qu’une telle situation perdure? Lors des prochaines élections municipales, les électeurs devront faire en sorte que cela change. Détrompez moi si je suis dans l’erreur: les membres du conseil communautaire ne sont-ils pas des représentants du peuple? N’ont-ils pas le devoir d’informer leurs électeurs des projets et des décisions prises ou quand ils sont élus deviennent-ils des êtres à part, dotés d’une intelligence et d’un jugement hors du commun qui ne leur permet plus de communiquer avec » la base », qui ne peut pas comprendre elle, puisqu’elle n’est pas initiée? Dans le deuxième cas, il serait inutile de procéder à des renouvellements, on se retrouverait dans un système jadis combattu et vaincu. D’où la dangerosité des mandats reconduits de trop nombreuses fois par nos élus locaux.

Les votes des élus lors des assemblées telles que la communauté de communes ne devraient pas être à bulletins secrets, de façon à ce que leurs électeurs sachent où leurs représentants se positionnent. Je ne conteste pas la légitimité des élus, mais il faut que tous assument leur fonction et leur position ou l’inexistence de position, ce qui malheureusement n’est pas une simple vue de l’esprit.

Réunion du premier conseil communautaire Val’Eyrieux

Le 13/01/2014  copyright: S. et F. Ponce

Réunion du premier conseil communautaire Val’Eyrieux

Lundi 13 janvier s’est tenu dans les locaux de Pôleyrieux au Cheylard le premier conseil communautaire de Val’Eyrieux,  intercommunalité regroupant 34 communes depuis le 1er janvier 2014.

La salle qui accueillait cette assemblée est située à l’étage du bâtiment. Des sièges étaient disposés pour les 57 délégués des différentes communautés de communes qui ont fusionnées, à savoir : Le pays du Cheylard , Les Boutières,   Le Haut Vivarais ainsi que les communes de St Pierreville, Issamoulenc et Albon. Cette séance était publique, dans un coin de la salle des sièges étaient  réservés à la presse et au public. 7 ou 8 chaises étaient prévues pour accueillir les correspondants des journaux locaux ou régionaux : Hebdo de l’Ardèche, Dauphiné libéré,  ainsi que les représentants de la radio RDB et de Mezenc.fr site d’informations, les citoyens qui s’étaient déplacés pour assister à cette première assemblée ont pris ce qu’il restait comme chaises ou sont restés à l’extérieur de la salle, puisque le public ne devait pas être parmi les conseillers communautaires.

Cette assemblée a ensuite procédé à l’élection, à bulletin secret, du président de ce nouveau territoire. Quatre candidats : Monsieur Jacques Chabal, maire du Cheylard, Monsieur Maurice Weiss, maire de saint Agrève, déjà déclarés, auxquels se sont ajoutés deux autres candidats, Monsieur Charles Fouvet, maire de Saint André et Monsieur Thierry Girod maire d’Arcens. Des bulletins de vote étaient prêts pour les deux premiers, quand aux deux autres candidats, aucun bulletin n’étant prévu, il a fallu que leurs électeurs écrivent leur nom sur un bulletin.

Monsieur Jacques Chabal a été élu au premier tour par 31 voix contre 23 à Monsieur Weiss  une voix pour Monsieur Fouvet et deux voix pour Monsieur Girot.

Le nouveau président de Val’Eyrieux a proposé à son adversaire d’occuper le poste de premier vice président en vertu d’un accord passé entre eux avant le vote.

L’assemblée a ensuite procédé à l’élection du premier vice président toujours à bulletin secret avec passage dans l’isoloir.

Monsieur Maurice Weiss a été élu premier vice-président.

Les 14 autres vice-présidents ont été élus par ordre alphabétique parmi les candidats déjà déclarés.  Les quelques candidats déclarés pendant la séance n’ont pas été élus.

Pour le moment les vice-présidents n’ont pas de délégation. Monsieur Chabal a annoncé que le choix des délégations se fera en fonction des compétences de chacun en réunion de bureau.

Monsieur Chabal annonce qu’il n’y pas de temps à perdre, tout doit être mis en place avant fin mars.

Nous tenons à préciser qu’après les élections municipales de mars, un nouveau bureau devra être constitué. De plus les élus de mars ne seront peut être pas ceux de janvier. Il faudra donc renouveler cette séance d’élections. Nous présentons nos félicitations aux heureux élus et tous nos encouragements à tous ceux et à toutes celles qui oeuvrent par leur prise de positions et leurs actions pour que la représentativité électorale ne soit pas qu’une expression.

Ci-joint lesrésultats détaillés de ces élections

Découverte de notre communauté (1)

Val’Eyrieux:
Petite balade de mairie en mairie.

 


Le Pays du Cheylard pôle de services????

Nous lisons dans le Dauphiné Libéré  qu’à l’occasion de ses voeux Jacques Chabal présente Le Cheylard, ce chef-lieu de canton, comme un grand Pôle de Services.

Vous citoyens de val’Eyrieux, jeunes à la recherche d’un premier emploi, plus anciens mis au chômage par la désindustrialisation, la délocalisation des productions,  dans quelles entreprises de services pensez vous demander un emploi au Pays du Cheylard?

Aveuglés par un orgueil sans faille Jacques Chabal et sa petite équipe d’affidés n’ont jamais perçu depuis des années les changements prévisibles auxquels il fallait préparer le pays. Sûrs d’eux ils ne voient que de « l’excellence » dans leur approche politique* du territoire (comme si l’excellence pouvait exister si ce n’est en utopie),excellence que Jacques Chabal exprime en insistant sur « la rigueur dans les gestions des collectivités », « la valeur du travail partagé », » poursuivre le travail avec les différents acteurs économiques du territoire ». Quelle rigueur? Quel partage? Quels acteurs économiques?. Les citoyens, même les élus  et autres acteurs économiques découvrent toujours au dernier moment ce qui a été concocté dans le bureau de M. Chabal, les mots consultation, débat, participation, ne font pas partie de leur vocabulaire.

Et d’avouer sans s’en rendre compte, tellement ils en sont imprégnés, cette suffisance insupportable en déclarant  » Le Pays du Cheylard est attractif, envié, et jalousé« .
Qui d’autre qu’une équipe baudruche gonflée à l’orgueil peut oser se croire envié et jalousé et qui plus est le déclarer publiquement!

Citoyens de l’ex Pays du Cheylard, mais maintenant de la communauté de communes élargie aux 34 communes dont nous avons déjà parlé, son ex président Jacques Chabal me fait honte vis à vis des citoyens des 33 autres communes qui se font traiter d’envieux et de jaloux. Je veux leur dire que Jacques Chabal ne me représente pas, et je le pense fermement, il ne représente pas l’état d’esprit des habitants du pays du Cheylard.

Dans le même journal en pages départementales au sujet de sa candidature ou non aux prochaines élections Jacques Chabal conseiller général UMP déclare  « j’ai déjà pris ma décision mais je souhaite attendre avant de l’annoncer. J’attends de voir quelle méthode de travail sera décidée lors de la réunion de mise en route de la nouvelle intercommunalité Val’Eyrieux qui se tiendra le 13 janvier au Cheylard. Je souhaite également attendre que les différents projets en cours au Cheylard soient terminés. »
Soit il a pris sa décision et alors tout le reste du discours ne tient pas, soit il n’a pas pris sa décision et il attend d’être sûr de présider à sa manière la nouvelle communauté de communes, c’est à dire en petit comité.
Alors que la décence voudrait que comme les textes le prévoient il expédie  les affaires courantes en tant que président de la plus grande communauté de communes fusionnées en attendant que les nouveaux élus qui arriveront dans 3 mois puissent prendre les décisions de méthode de travail et d’orientations des choix communautaires puisqu’ils auront été élus pour çà. Ce qui éviterait d’avoir à détricoter ce qui aurait pût l’être à la va-vite.
De toute façon ce discours n’aurait pas lieu d’être s’il ne se présentait pas.

François Ponce
vice-président de Boutiéres Citoyennes