L’important, c’est de gagner !

Bientôt la rentrée scolaire, çà nous rappelle que payer à nos enfants quelques livres scolaires ne feront pas d’une commune la première en déco, la plus fleurie, la plus excellente en culture, en ceci ou cela, l’excellence se doit de sortir de l’ordinaire elle se doit d’être la première …
Comment trouver les moyens financiers pour des choses si ordinaires que des livres scolaires pour des écoliers ordinaires …
L’important, c’est de gagner !

Conversation avec Jacques Attali  
L’important, c’est de gagner !

La citoyenneté s’exprime sur les places la nuit!

Si parfois nous pourrions désespérer du citoyen
qui semblerait remplacé par le consommateur,
Nuit Debout nous fait la démonstration que non,
les citoyens sont encore là à vouloir se projeter dans l’avenir.

Essayons de la faire vivre cette citoyenneté:
penser, partager, discuter, trouver ensemble nos dénominateurs communs,
les orientations à donner à notre société.
Ne laissons pas çà aux seuls dirigeants politiques et autres conseillers économiques.
http://petition.nuitdebout.fr/fr

La citoyenneté ne pourrait-elle pas nous sortir de cette crise de société?

Ce lundi matin l’édito politique de Thomas Legrand exprimait fort bien ce que nous défendons et qui nous oppose souvent à nos élus locaux: une gestion de la communauté locale, régionale ou nationale pour et avec  les citoyens considérant que l’élection ne sacre pas un roi mais choisit l’un d’entre nous parmi des volontaires pour proposer, animer, écouter, mettre en oeuvre les orientations de développement de la communauté.
Vidéo de l’édito:
http://www.franceinter.fr/emission-ledito-politique-vague-de-modernisme-a-droite-le-retour-du-bonapartisme

Extrait de l »édito:
« Qui,aujourd’hui, peut imaginer que les circonstances et le peuple ont rendez-vous avec le maire de Meaux, de Bordeaux, d’Evry ou l’héritière de Montretout ?

Il n’y a plus d’homme providentiel.
Tant mieux !
Que ferait Bonaparte, ou même de Gaulle, dans un monde ouvert et libre comme le nôtre ?
Finalement, ce n’est peut-être pas du retour à l’autorité d’en haut dont la France a besoin mais d’horizontalité, de plus d’implication et de responsabilités des citoyens, des collectivités locales, des associations, des syndicats, des entreprises. L’horizontalité, certes, est plus exigeante. Elle fait plus appel à la raison et au compromis qu’au réflexe et à l’affrontement.
Le mythe du retour dé-responsabilisant du chef reste électoralement plus vendeur.
Mais en Europe, il n’y a que chez nous que le bonapartisme fait encore rêver.
Partout ailleurs c’est l’image, non pas de l’efficacité, mais de la folie autoritaire d’il y a 2 siècles. » 

« Elle fait plus appel à la raison et au compromis qu’au réflexe et à l’affrontement. »
Oui!, si nous faisions tous l’effort de ne garder que la raison et le compromis pour vivre ensemble sans affrontement qu’en serait-il de ceux qui veulent imposer par la force leurs points de vue issus de croyance inacceptables pour d’autres?
C’est çà la laïcité: garder les croyances et ce qui en découle uniquement dans le domaine privé.
Sans la raison et le compromis nous ne sortirons pas de cette guerre qui a détruit des vies à Paris, à Bruxelles et beaucoup d’autres: liste d’attentats du 01 01 15 -23 03 16

Une équipe qui gagne …

« On ne change pas une équipe qui gagne » (lu dans l’hebdo du 25 février) c’est par ces mots que Monsieur Jacques Chabal a justifié la mise à l’écart de son opposition municipale, qui n’est pas tenue au courant des différents projets concernant les cheylarois dont ils sont eux aussi les représentants.

Une équipe qui gagne ? ! ? !…

Une équipe qui a gagné aux élections municipales, une équipe que la majorité des électeurs cheylarois a souhaité reconduire, c’est exact. Mais une équipe qui gagne quoi? depuis quand?

Force est de constater que nous sommes dans un secteur en pleine récession économique, des centaines de postes de travail perdus, une population en baisse, l’existence de commerces menacée, s’en suivra une baisse des effectifs dans les établissements scolaires, de nombreuses maisons sur lesquelles on peut lire à vendre, etc…

Ayez un peu le triomphe modeste « l’équipe qui gagne ». Et ce n’est pas la circulation de  vélos et autres, même en nombre important, sur la Dolce via qui donnera le dynamisme perdu à notre secteur. Alors de grâce et pour utiliser un adjectif cher à certains et souvent dévoyé l’attitude républicaine n’est-elle pas de respecter les électeurs, tous les électeurs, même ceux qui  souhaitaient un changement de méthode et qui malheureusement ne l’ont pas eu?

Laurent Wauquiez (Suite)

Libération:

A droite, Laurent Wauquiez, cumulard décomplexé

                             Des quatre députés de droite élus dimanche, le quadragénaire est en effet le seul à faire le choix du cumul en restant à l’Assemblée. Christian Estrosi, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont tous trois confirmé qu’ils allaient démissionner de leurs mandats de parlementaire pour se consacrer exclusivement à la présidence de leur région… lire la suite

ANALYSE DES RESULTATS ELECTORAUX: CITOYENNETE ET LEGITIMITE DES ELUS….

 

Dans l’Hebdo de l’Ardèche du 2 avril 2015 Jacques Chabal déclare:
– « Je note que sur les communes de Val’Eyrieux, notre binôme est majoritaire. Je conserve le légitimité du peuple sur ce périmètre »
– « Il y a eu un déni de la réalité avec ce canton fait par des politiciens pour ralentir la locomotive que représente le canton du Cheylard. »
D’un côté perdant des élections il confirme sa propre légitimité et de l’autre il la dénie à ses concurrents gagnants au nom d’une réalité.

Quelle réalité? s’il y a locomotive, il lui faut bien des wagons, non?
Pouvait-on garder juste pour lui un canton de 6114 habitants ou ils auraient été 2 à siéger au conseil départemental alors que les autres conseillers représenteraient 3 fois plus d’habitants?

Pour nous, citoyens, que penser de la légitimité des élus, qu’ils s’appellent Sabine Loulier, Laetitia Serre, Jacques Chabal, Maurice Weiss?

Tout d’abord il est évident que nous vivons notre citoyenneté dans une société de droit, c’est la loi qui définit les « règles du jeu » de nos rapports, de nos organisations, du fonctionnement, de chacun à l’autre et à l’ensemble des autres et nous acceptons volontairement ces lois pour pouvoir vivre ensemble.
Les lois électorales définissent les conditions d’élections des représentants des citoyens, il en découle que les élus sont légitimés par ces lois que les citoyens acceptent.
Ainsi Jacques Chabal élu président de Val’Eyrieux, conformément à la loi, par les délégués des communes au conseil de la communauté de communes est légitime à ce poste.
Laetitia Serre et Maurice Weiss ont été aussi élus conseillers départementaux conformément à la loi électorale et sont donc légitimes à ces postes.

Quant à mesurer la représentativité populaire çà demande une analyse un peu plus fine que de dire « Je note que sur les communes de Val’Eyrieux, notre binôme est majoritaire. Je conserve le légitimité du peuple sur ce périmètre  »

Pour çà nous vous proposons donc un tableau des résultats des élections départementales de ce nouveau canton du Cheylard, commune par commune, par ex communautés de communes, sur Val’Eyrieux et dans sa totalité.
Résultats traités en nombre de voix et en pourcentage mais avec une approche plus citoyenne. Les pourcentages sont donc exprimés sur les votants ( qu’ils se soient exprimés par choix, blanc ou nul), sur les inscrits (ceux qui n’ont pas voté font bien aussi partie du peuple!) et sur la population municipale recensée (diminuée de ceux qui n’ont pas atteint la majorité) car tous ceux là font bien aussi partie du peuple en droit de décider de son avenir.

Et là apparait un autre point de vue assez étonnant et changeant l’appréciation de  la représentativité des élus.

Vous trouverez en rose dans les colonnes les gagnants en % sur le nombre de votants, en vert les gagnants en % sur la population municipale, une colonne vous indique en nombre de voix les plus et les moins du binôme Serre -Weiss par rapport le binôme Chabal- Loulier et vous trouverez encadrés les chiffres les plus significatifs.

A chacun de faire son analyse.

Notre avis de citoyen est que cette représentativité populaire des élus d’environ 1/4 de la population totale soit environ 1/3 de la population majeure, explique clairement notre attachement à ce que les élus, quels qu’ils soient, portent devant la population dès leur genèse et tout le long de leur développement les projets qu’ils souhaitent mettre en œuvre pour permettre à celle-ci d’exprimer ou non une approbation. Ils n’ont pas une représentativité populaire suffisante, 1/3 de la population majeure, pour négliger le possible avis des 2/3 de la population voir des 3/4.

 

Et c’est bien là que s’est forgée notre opposition farouche à une gouvernance de réflexion en tout petit comité, voire solitaire, de chefs décisionnaires et notre soutien à ceux qui se veulent les animateurs d’une réflexion commune et les exécutants des décisions communautaires.

TABLEAU ANALYTIQUE DES RESULTATS